Noémie MARCUS

Profile picture for user nmarcus
Aspirante FNRS

Adresse visiteur

Laboratoire d'Anthropologie des Mondes Contemporains
Avenue Jeanne, 44
Bâtiment S
Bureau S12.208
1050 Bruxelles
Belgique

Adresse courrier

Université libre de Bruxelles
Avenue Franklin Roosevelt, 50 - CP 124
1050 Bruxelles
Belgique

profile_email
+32 (0)2 650 46 57
Présentation des recherches

Projet de recherche :

Nem África, nem Europa, mas Cabo-Verde - ni Afrique, ni Europe, mais Cap-Vert :

La capverdianidade, c’est-à-dire l’identité nationale de l’archipel cap-verdien, jadis relais important du commerce transocéanique et de la traite esclavagiste, s’est toujours définie par la créolité résultant de sa double composition. Amplement débattue à partir de 1850 par une bourgeoisie locale mulâtre émergente, les filhos da terra, cette catégorie d’appartenance a depuis constitué un continuum entre ces deux pôles de la formation sociale créole : l’ascendance d’une culture lusitaine et l’héritage négro-africain issu des esclaves arrachés aux côtes guinéennes. Ne faisant plus exclusivement l’objet de questionnements et de controverses parmi une élite intellectuelle, la capverdianidade constitue désormais un sujet débattu plus largement : en effet de nouvelles formes de contact tout aussi bien avec l’Europe qu’avec l’Afrique, induites par une libéralisation du marché et une ouverture aux investissements occidentaux à partir de 1991, surtout dans le secteur touristique, par une émigration massive et par une immigration africaine progressive, confronte le Cap-Verdien à l’ambiguïté de son double héritage.
Même si elle est revendiquée par la majorité, la capverdianidade apparaît par moments comme une idéologie nationaliste, forgée par ces discours éminents et destinée à camoufler des identifications discordantes, voire antagonistes, variant d’une île à l’autre. C’est dans ce cadre que ma recherche doctorale visera à appréhender les processus actuels de production identitaire et du rapport à la créolité au Cap-Vert. Mon approche ethnographique, adossée à l’historiographie, sera principalement orientée vers des dynamiques d’ordre contemporain abordant la question par un quadruple biais, à savoir celui du jeu de distinction s’opérant entre les différentes îles de l’archipel, de la rencontre touristique, de l’émigration cap-verdienne et de l’immigration continentale africaine.

Mots-clé : Anthropologie sociale – créolité – dynamiques identitaires –– mémoire collective – colonialisme - migration/mobilité - Cap-Vert

Appartenance