CONFERENCE ANNULEE - Ne se souvient-on que des vainqueurs ? Pour une anthropologie diachronique de la mémoire des sports à Taïwan

Retour aux événements

Intervenant : Jérôme Soldani (CERCE - Université Paul-Valéry Montpellier 3) 

Titre: Ne se souvient-on que des vainqueurs? Pour une anthropologie diachronique de la mémoire des sports à Taïwan.

Abstract :
Les sports sont autant pourvoyeurs de souvenirs que de sensations, les deux étant souvent liés, de sorte qu’ils constituent de puissants marqueurs d’appartenance à de multiples niveaux, pour un individu comme pour un groupe. Il ne s’agit pas seulement d’opposition au travers de confrontations, ponctuelles ou régulières, car jouer selon les mêmes règles c’est déjà partager un moment, un espace, une mémoire en commun. 
Mais choisir de privilégier un sport autre que celui ayant la faveur de ses voisins, ou en changer les règles, c’est aussi marquer sa propre différence.
Avec une histoire sportive de plus d’un siècle et affichant une certaine hétérogénéité dans la distribution géographique et sociale des pratiques
- contrairement à ce que suggère l’apparente hégémonie du baseball et du basket-ball -, Taïwan offre un espace des sports complexe où l’enchevêtrement des expériences individuelles et collectives contribue à la construction dʼune forme dʼintimité culturelle. En quoi les mémoires constituées autour des pratiques sportives sont-elles, de ce point de vue, constitutives des logiques dʼappartenance dans le contexte taïwanais ?
Dans une perspective ethnographique, fondée sur des observations et des propos recueillis à lʼoccasion de plusieurs enquêtes sur l’espace des sports à Taîwan, entre 2006 et 2016, cette intervention propose dʼinterroger le rapport personnel que les Taïwanais entretiennent avec certaines pratiques sportives ou certaines équipes à travers leurs expériences et souvenirs, comment la mémoire partagée autour de certains événements sportifs sédimente les appartenances collectives dans le contextes taïwanais et, enfin, en quoi lʼévocation de souvenirs, lʼoubli, ou parfois lʼoccultation volontaire de certains faits ou personnes sont le tissu de revendications identitaires fondées sur la mémoire et lʼaffirmation de valeurs considérées comme cardinales par les acteurs.

Bio :

Docteur en ethnologie/anthropologie. Jérôme Soldani enseigne actuellement au département d'ethnologie de l'Université Paul-Valéry (Montpellier, France). Membre du Centre d'études et de recherches comparatives en ethnologie (CERCE, Montpellier), il est président de l'Association francophone d'études taïwanaises (AFET) et vice-président de la Commission Anthropologie du sport de l'Union internationale d'anthropologie. et sciences ethnologiques (IUAES). Il a fait son doctorat à l'Université Aix-Marseille, entre 2007 et 2012, sur le baseball taïwanais. Il a été postdoctorant à l'Université d'Ottawa (2012-2013) et à l'Institut d'histoire de Taiwan de l’Academia Sinica (2014-2015). Son travail porte, de manière générale, sur la structuration de l'espace sportif taïwanais, à travers les thèmes de la diffusion des pratiques, de l'éducation, des revendications identitaires (nationales ou indigènes), de la corruption, des émotions et de l'éthique entrepreneuriale. Ses travaux récents concernent plus spécifiquement les transformations des pratiques sportives chez les populations autochtones, en particulier les Bunun, et sur les représentations de l’altérité à travers le sport dans le contexte taïwanais.

  • Quand ?

Mardi 24 mars 2020 de 18h à 20h

  • Où ?

ULB - Campus du Solbosch

Institut de Sociologie (bâtiment S)

Salle Baugniet - Rez-de-Chaussée

44 avenue Jeanne - 1050 Bruxelles